L'évangile du samedi (Jn 16, 23b-28), Saint Justin, martyr

Comprendre les signes

Dans l’Évangile de Jean, toutes les paroles et tous les signes opérés par Jésus possèdent une double signification, qui provient de la double dimension de sa personne, à la fois humaine et divine. Jésus, Fils de Dieu et Fils de l’homme, a une nature visible, et c’est à travers son humanité que le croyant découvre sa divinité. Tout ce qui provient de Jésus possède donc ces deux dimensions, humaine et divine. Ce sont des signes dont il faut découvrir la face cachée à travers la réalité sensible. Telle est la révélation du Père par l’intermédiaire de son Fils incarné dans notre monde.

Même pour les disciples de Jésus, tout était énigmatique, parce que leur foi n’était pas parfaite et que la lumière de l’Esprit leur manquait. « C'est par ta lumière que nous voyons la lumière », s’écrie le psalmiste. (Ps 36,10) Mais "l'heure vient" où l'Esprit sera la lumière de tous les disciples du Christ: il leur rappellera et leur expliquera tout ce que Jésus a dit et fait. Telle est la richesse et la garantie de la tradition chrétienne, mouvement de vie et de pensée à travers les siècles, dirigée par l’Esprit du Christ Jésus.

Tous les disciples de Jésus comprendront alors que le Christ est si étroitement uni au Père - "Moi et le Père, nous sommes un" (10,30) - que la prière au nom de Jésus est la même que celle qu’ils adressent au Père.

Les trois étapes du Verbe incarné

Jésus rappelle le coeur de la foi chrétienne, avec les trois moments de sa carrière (v.28). Il préexistait en Dieu avant la création du monde, « Au commencement était le Verbe ». Il s'est incarné en venant dans le monde « Et le Verbe s’est fait chair ». Il retourne maintenant dans la gloire du Père, « Père, glorifie ton Fils pour que le Fils te glorifie. » (Jn 17,1)

Jean-Louis D’Aragon, s.j.

Tournée virtuelle