L'évangile du vendredi (Mt 9, 27-31)

Deux aveugles suivent Jésus en criant: Aie pitié de nous, fils de David. Ils le rejoignent quand il entre dans la maison. Jésus leur demande s’ils croient qu’il peut faire cela. Ils répondent oui. Jésus leur touche les yeux en disant: Que tout se fasse selon votre foi. Ils sont guéris. Jésus leur donne la consigne du silence.

Le titre, Fils de David, employé par les deux aveugles, est un titre chargé de toute l’espérance d’Israël. L’importance de ce titre remonte à la promesse du prophète Nathan à David qu’il y aurait une dynastie après lui. La promesse laissait entrevoir que dans cette dynastie il y aurait un descendant privilégié en qui Dieu se complairait.   (2 Samuel, 7)

Lorsque Achaz, un descendant de David, est menacé d’être détrôné par des rois voisins, le prophète Isaïe le réconforte en lui annonçant la naissance d’un enfant ce qui est un signe de la protection de Dieu sur la dynastie de David. C’est pour cette raison qu’Isaïe donne à l’enfant le nom d’Emmanuel qui signifie Dieu-avec-nous: il apporte le salut à son peuple. (Is.7, 14)

Isaïe le compare à une grande lumière pour le peuple qui marchait dans les ténèbres (9,1). Dieu lui donnera le pouvoir et il sera un Conseiller-merveilleux et un Prince-de-paix: il apportera le salut à son peuple (9,5). Isaïe parle aussi d’un personnage dans le futur, un rejeton de Jessé, le père de David, qui recevra l’Esprit de Yahvé avec tous ses dons (11,2).

Quelques années après Isaïe, le prophète Michée parle de la naissance d’un roi-messie à Bethléem, lieu d’origine de David: Bethléem: c’est de toi que naîtra celui qui doit régner sur Israël. (5,1)

Il réunira Israël, le peuple de Dieu et le conduira avec la puissance de Yahvé comme un pasteur mène son troupeau.

C’est là l’esquisse du futur Messie (“consacré – par - l’onction”). Il sera choisi et consacré par Dieu. Il recevra l’Esprit de Yahvé. Il sera de la lignée de David et réalisera la promesse que Dieu lui avait faite. Il régnera sur le peuple de Dieu qu’il aura réuni. Il apportera le salut, c’est-à-dire une libération.

C’est une libération, une guérison dont les deux aveugles ont besoin. En invoquant Jésus comme fils de David ils ont la foi qu’il peut répondre à l’attente d’Israël. Et Jésus leur rend la vue. Pour lui, cette libération de la cécité est une image de la libération qu’il apporte et qui va plus loin que la guérison  corporelle. C’est pour cette raison qu’il leur donne la consigne du silence: il ne veut pas qu’on le prenne seulement pour un guérisseur matériel comme il ne veut pas non plus qu’on le prenne pour un libérateur politique. L’attente d’Israël était réelle mais les formes concrètes de cette attente étaient bien variées au temps de Jésus et elles risquaient souvent de déformer sa mission.

Fils de David, aie pitié de nous. C’est, par le rappel de David, un appel à la fidélité de Dieu. Mais c’est aussi un appel à sa compassion et Jésus n’est pas indifférent aux infirmités et aux maladies qui privent les gens de leur liberté. C’est ce que montre son geste de compassion: il leur toucha les yeux.

Jean Gobeil SJ

Tournée virtuelle

Nouvelles

Silent Lenten Retreat Vendredi, Mars 2, 2018 - Dimanche, Mars 4, 2018