L'évangile du vendredi (Jn 15, 12-17), Bienheureux Louis-Zéphiron Moreau, évêque

Un seul commandement

Tous les commandements se résument dans celui de l'amour mutuel entre les disciples de Jésus (v.12). Le commandement qui permet de demeu­rer d'une manière permanente dans la communion avec le Christ,  c'est précisément celui de l'amour. L'amour est le lien vital à l'intérieur de l'union entre le Père, le Fils et les disciples. Il faut permettre au Christ d'aimer en nous et par nous, lui, le bon Pasteur, qui donne sa vie pour ses brebis (10,11; 1 Jn 3,16).

Libre dans le service de l’amour

Accepter par amour ce que Jésus commande ne rend pas esclave, mais, au contraire, fait participer à la liberté souveraine de Dieu. Celui qui est en­tièrement disponible, obéissant, connaît la vérité qui vient de Dieu par l'in­termédiaire de Jésus et cette vérité le libère de l'esclavage de la dégradation, de la corruption et de la mort. Obéir consiste à participer à la à la vie de Dieu, à devenir membre de sa famille.

C'est à la suite d'un don gratuit, d'un choix bienveillant, que le chré­tien devient l'ami de Jésus (v.16). Ce choix vise l'épanouissement, la vie en plénitude du chré­tien, qui produit des fruits parce qu'il est uni au Christ et qu'il aime ses frères et ses sœurs. Cette vie dans le Christ est, de sa nature, conquérante; elle doit s'étendre et animer la mission des disciples.

« Aime et fais ce que tu veux. » (Saint Augustin)

La conclusion du passage est un rappel de l'unique commandement, l'amour mutuel (v.17), qui forme une transition avec ce qui suit. L'amour qui règne à l'intérieur de la communauté chrétienne s'oppose à la haine qui sévit à l'extérieur, dans le monde et qui ne sait que détruire pour tendre vers la mort.

Jean-Louis D'Aragon SJ 

Tournée virtuelle