L'évangile du vendredi (Mc 7, 31-37)

Jésus part du territoire de Tyr et Sidon, un territoire païen, pour aller dans le territoire de la Décapole, un autre territoire païen. On lui amène un sourd qui a en outre des difficultés à parler. Jésus se retire loin de la foule avec l’infirme. Il lui touche les oreilles et, avec de la salive, lui touche la langue. Il dit ensuite: Ouvre-toi. Aussitôt, l’infirme est guéri. Jésus recommande le silence mais les gens sont frappées et proclament sa puissance.

Avec ce second miracle en territoire païen, on ne peut éviter la conclusion que la mission du Christ en s’adressant d’abord à Israël n’exclut pas les non-juifs. C’est une conclusion qui n’échapperait pas  à l’auditoire non-juif de Marc. Mais ce récit semble avoir plusieurs aspects qui auraient frappé une communauté dont la foi était ébranlée par les dangers d’une persécution.

Les traits particuliers du récit sont les suivants: difficulté d’entendre, difficulté de langage, la parole du Christ, Ouvre-toi, et l’absence des disciples.

Les auditeurs de Marc peuvent reconnaître dans le personnage du sourd-bègue un modèle de leurs difficultés: eux aussi ont des difficultés à comprendre la présence du mal; eux aussi ont des difficultés, des craintes à proclamer la Bonne Nouvelle dans un milieu qui leur est hostile. Ils ont besoin de quelqu’un qui leur ouvre les oreilles pour comprendre et qui leur donne le langage nécessaire pour proclamer.

Au moment de toucher la langue, Jésus pousse un soupir comme pour souligner la difficulté de la tâche et lorsqu’il dit Effata, Ouvre-toi, c’est une parole qui s’adresse au sourd-bègue, à tous les auditeurs de Marc à Rome, et à tous les futures disciples. Quels qu’ils soient, ils sont appelés à se joindre à cette foule des gens qui proclamaient sa puissance et qui croyaient que cette puissance était capable de se manifester dans leur faiblesse.

Jean Gobeil SJ

 

Tournée virtuelle