L'évangile du jeudi (Jn 8, 51-59)

Sommaire du texte de l’évangile

Jésus déclare: Si quelqu’un reste fidèle à ma parole, il ne verra jamais la mort. Les auditeurs déclarent qu’il est possédé parce qu’il fait une déclaration qui le fait plus grand qu’Abraham. Jésus répond qu’il connaît le Père et qu’il reste fidèle à sa parole. Abraham a tressailli d’allégresse à la pensée du jour de Jésus. Il l’a vu et il a été dans la joie. Il déclare ensuite: Avant qu’Abraham ait existé, moi, Je Suis. Les Juifs ramassent des pierres pour le lapider mais Jésus s’esquive et sort du temple.

Réflexion

On est en pleine confrontation. Jésus est dans le temple et les Juifs dont parle l’évangile ne représentent pas la foule mais bien les adversaires de Jésus qui, à cet endroit, doivent être des Sadducéens et des Pharisiens. Jésus vient de les provoquer en disant: Qui d’entre vous, me convaincra de péché? (8,46)

Et il les accuse ensuite de rejeter Dieu en le rejetant: Qui est de Dieu, entend les paroles de Dieu, si vous n’entendez pas c’est que vous n’êtes pas de Dieu. (8,47)

Les Juifs le traitent de Samaritain (hérétique) et de possédé du démon.

Jésus conclut cet échange en déclarant solennellement: En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort.

Pour être libéré du péché et avoir accès à la vie d’en haut, il faut écouter Jésus, c’est-à-dire accueillir sa parole qui vient du Père et répondre par sa vie.

Jésus a déjà illustré ce thème en utilisant la comparaison de la lumière: Je suis la lumière du monde (au sens d’univers). Qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres mais aura la lumière de la vie. (Jean 8,12)

Dans l’Ancien Testament, la parole de Dieu, qui donne l’accès à Dieu, était comparée à une lumière: Une lampe sur mes pas, ta parole, une lumière sur ma route. (Ps.119,105)

Ce sens n’est pas exclus de la parole de Jésus, mais celui-ci emploie une autre image pour signifier qu’il donne l’accès au Père. C’est l’image du chemin: Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. (Jean14,6)

Mais l’image de la lumière est aussi employée par opposition aux ténèbres qui sont l’image du monde du péché. Lumière - ténèbres représentent la dualité : le monde du bien et le monde du mal. La lumière est alors le symbole de la vie nouvelle: Jésus est la lumière de la vie.

Jésus termine en disant solennellement:  Amen, amen, je vous le dis: avant qu’Abraham ait existé, moi, Je Suis.

Je Suis est le titre que Yahvé a révélé à Moïse quand il voulait savoir son nom (Exode 3,14). Jésus en l’employant montre qu’il a accès à un mode d’existence divin. C’est ce que comprennent les auditeurs et on cherche alors à le lapider.

Jean Gobeil, s.j.
 

Tournée virtuelle

Nouvelles

Summer Retreat Dimanche, Août 9, 2015 - Vendredi, Août 14, 2015