L'évangile du jeudi (Jn 17, 20-26)

 À l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, les yeux levés au ciel, il priait ainsi :"Je ne prie pas seulement pour eux, mais aussi pour ceux qui croiront en moi grâce à leur message. 21 Je prie pour que tous soient un. Père, qu'ils soient unis à nous, comme toi tu es en moi et moi en toi. Qu'ils soient un pour que le monde croie que tu m'as envoyé. 22 Je leur ai donné la gloire que tu m'as donnée, pour qu'ils soient un comme toi et moi nous sommes un. 23 Je vis en eux, tu vis en moi ; c'est ainsi qu'ils pourront être parfaitement un, afin que le monde reconnaisse que tu m'as envoyé et que tu les aimes comme tu m'aimes. 24 Père, tu me les as donnés, et je désire qu'ils soient avec moi là où je suis, afin qu'ils voient ma gloire, la gloire que tu m'as donnée, parce que tu m'as aimé avant la création du monde. 25 Père juste, le monde ne t'a pas connu, mais moi je t'ai connu et ceux-ci ont reconnu que tu m'as envoyé. 26 Je leur ai fait connaître ton nom et je le ferai connaître encore, afin que l'amour que tu as pour moi soit en eux et que je sois moi-même en eux. »

L’unité des croyants dans le Père et le Fils

Jésus avait déjà demandé l'unité pour ses disciples (17,11). Il insiste maintenant en explicitant le motif de cette supplique: Pour que le monde croie que tu m'as envoyé (v.20); pour que le monde connaisse que tu m'as envoyé (v.23). Le but de l'unité consiste donc de permettre à l'Église de réaliser sa mission: amener le monde à croire que le Père est présent dans le Fils, ce qui est le coeur de la foi.

Et pourquoi le monde croira-t-il? Parce qu'un groupe aussi uni que la communauté chrétienne ne pourra exister sans l'intervention de Dieu, unique source d'amour, de vie et d'unité. Bien plus, l'union intime entre les chrétiens rendra comme sensible au monde le mystère d'amour et de communion mutuelle du Père et du Fils.

L'unité des croyants est produite par une seule cause: leur amour réciproque, manifestation authentique de la même vie qui les anime. Et cet amour, le seul véritable, ne peut exister qu'en vertu de l'amour du Christ pour eux, amour qui a pour source ultime l'amour du Père pour son Fils: Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés. (15,9)

L'unité chrétienne découle essentiellement de l'adhésion de tous les membres au Christ, de l'insertion de toutes les branches dans la vraie vigne. Les liens qui rattachent les fidèles à leur Seigneur se ramènent aux relations de foi et de connaissance, d'amour et d'obéissance, procurant l’existence mutuelle dans le Père et dans le Fils, en union avec tous les croyants. Cette habitation mutuelle - moi en eux et toi en moi (17,23) - est l'expression la plus profonde du mystère de l'unité.

Unis au Père par le Fils

En conséquence de l'union des croyants dans le Christ et de celle du Fils avec le Père, les fidèles sont unis au Père par la médiation de Jésus. Les relations réciproques exprimant l'unité du Christ et des siens, ainsi que celles du Christ et de son Père se retrouvent entre le Père et les chrétiens. Le Père a discerné les disciples et les a donnés à son Fils. Il les aime comme son Fils: Tu les as aimés comme tu m'as aimé. (17,23) Et cet amour se répand en libéralité: don de l'Esprit, du vrai pain du ciel, de la vie éternelle en son Fils. Enfin le Père demeure d'une manière permanente en celui qui aime son Fils (14,23).

Les disciples, de leur côté, entretiennent les mêmes relations que celles du Christ à l'égard du Père. Ils le connaissent (14,7), ils l'aiment (1 Jn 4,10.19-21; 5,1s) et ils manifestent leur amour dans l'obéissance à ses commandements, en particulier au commandement de croire en son Fils et de s'aimer les uns les autres. Enfin ils demeurent en lui. Nous sommes dans le véritable Dieu en son Fils Jésus Christ. (1 Jn 5,20) Telle est donc la perfection de l'unité: tous les croyants rassemblés par le Christ en lui-même, qui les unit au Père: Moi en eux et toi en moi, pour qu'ils soient parfaitement un. (17,23)

Unis dans la gloire avec leur Seigneur

La prière de Jésus se termine sur une vision de l'au-delà, dans la gloire, dans l'amour et dans l'unité de Dieu. Parvenus au terme de leur pèlerinage terrestre dans la foi, les disciples jouiront d'une participation définitive à la gloire de la vie divine en vertu de la communion à leur Seigneur.

La réponse du Père à l'ouverture dans l'obéissance de son Fils se manifeste dans le don. Le verbe donner, qui reparaît quinze fois dans cette prière, exprime l'amour effectif du Père pour son Fils et l'amour du Fils pour ses disciples. Le Père a donné à son Fils l'oeuvre à accomplir, c'est-à-dire l'ensemble de l'histoire du salut. Cette oeuvre comprend le nom du Père que Jésus révèle, les paroles du Fils, tous les disciples qui croiront au Christ, la gloire que le Fils recevra et qu'il communiquera à ses disciples.

L’histoire dynamisée par l’amour

Au moment où Jésus prononce cette prière, il se trouve avec ses disciples pour leur léguer son testament. Mais il apparaît également comme ayant déjà quitté le monde: Je ne suis plus dans le monde (17,11). Il est glorifié dans son union à son Père, exalté à sa droite. Lien vivant entre le Père et ses disciples dans le monde, Jésus est le grand prêtre parfait.

À ce tableau de l'au-delà éternel, Jésus rattache l'ensemble de l'histoire: le Père lui a manifesté son amour avant la création du monde. (17,24) L'union de Jésus et de son Père se réalise par l'amour. Or c'est cet amour du Père pour son Fils qui donne la plénitude de sens à toute l'histoire humaine dans laquelle le Verbe s'est incarné. En effet, l'objectif central de cet amour du Père pour le monde est de donner la vie éternelle à tous ceux qui croient en son Fils devenu homme (3,16). Ainsi l'amour du Père se manifeste sans cesse depuis le début de la création jusqu'au terme de l'histoire humaine. L'amour de Dieu enserre donc et anime toute la marche de l'humanité.

Découverte dans l’émerveillement

Cette connaissance du Père par son Fils n'est pas donnée en un instant; une telle expérience se réalise suivant les possibilités humaines, en progrès constant dans le temps. En fait, une telle connaissance ne sera jamais complétée, définitive, car elle s'étend à l'infini. Son progrès implique une découverte, un émerveillement et une action de grâce continuelle, qui constitue le bonheur du croyant. Le Seigneur glorifié promet aux siens qu'il leur communiquera cette connaissance sans fin du nom du Père. Il s'est engagé auparavant à leur envoyer le Paraclet, l'Esprit saint, qui leur enseignera toutes choses (14,26) et qui les fera accéder à la vérité tout entière (16,13).

Or le coeur de cette révélation continuelle est l'amour de Dieu pour son Fils en qui les croyants s'identifient. Cet amour du Père vivifiera l'âme de chaque chrétien et sera la force vitale qui régira les rapports entre les croyants pour réaliser leur unité. C'est seulement à cette condition que le Seigneur Jésus, incarnation de l'amour de Dieu (1 Jn 4,10), sera vivant en eux et parmi eux, dans l'Église.

Conclusion: le chrétien interpellé

Le début de cette prière pourrait donner l'impression que Jésus prie seulement pour lui-même. En effet, il considère d'abord son union intime avec son Père dans une glorification mutuelle (17,1-2.4-5). Mais il indique bien vite que cette glorification englobe tous ceux que le Père lui a donnés, afin qu'il leur communique la vie éternelle (17, 2-3).

Sa relation avec le Père d'ailleurs doit servir d'idéal pour les chrétiens dans leur union au Christ. La nature des croyants consiste à reproduire les mêmes caractéristiques qui déterminent l'union du Fils à son Père. C'est pourquoi les chrétiens seront séparés du monde (17, 6.14.16), comme Jésus qui n'appartient pas au monde. (17, 16) Mais ils continueront dans le monde à approfondir leur foi, afin de prolonger dans l'histoire la mission de leur Seigneur (17, 18).

Leur unité convaincra le monde de croire au Père présent dans son Fils qu'il a envoyé (17, 21.23). Cette unité sera le résultat de l'amour de Dieu, qui, par le Christ, sera en chacun d'eux et qui rendra possibles leurs relations de mutuelle affection (17, 26). Envoyés par le Fils glorifié, ils seront les témoins de l'amour du Père, qui, seul, peut donner une pleine significa¬tion et une espérance sans limites à l'histoire humaine.

Jean-Louis D’Aragon, s.j.
 

Tournée virtuelle

Nouvelles

Summer Retreat Dimanche, Août 9, 2015 - Vendredi, Août 14, 2015