L'évangile de jeudi (Mt 7, 7-12)

Sommaire du texte de l’évangile

Demandez et vous obtiendrez. Suit une énumération insistant sur la persévérance de la prière et la certitude d’être écouté. La justification est que nous sommes des fils et nous nous adressons à un Père qui ne peut donner que de bonnes choses. Suit la règle d’or qui dit comment aimer son prochain: en faisant pour les autres ce qu’on voudrait que les autres fassent pour soi.

Réflexion

Dans le sermon sur la montagne, la prière occupe une place importante. En parlant de prier en secret, on commençait par parler de l’attitude qu’il fallait avoir: retire-toi dans ta chambre, ferme sur toi la porte, et prie ton Père qui est là. La proximité de Dieu demandait une attitude d’intériorité.

Lorsque Jésus parle de Dieu et dit votre Père, le sens pourrait être Dieu, votre Créateur. Mais lorsqu’il donne la prière du Notre Père à ses disciples, il les fait ainsi participer à sa propre relation d’intimité avec Dieu qui lui permettait d’employer un terme de familiarité comme le abba. On peut comprendre que les disciples aient eu quelques hésitations à s’adresser à Dieu comme Jésus le faisait. Notre texte vient les encourager.

Demandez, cherchez, frappez... La liste invite à une grande confiance qui peut se baser sur l’expérience de la paternité humaine. Un père ne donnera pas de mauvaises choses à son enfant qui lui demande quelque chose. A plus forte raison, votre Père qui est aux cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent. Ces bonnes choses sont spécialement ce qui regarde le Règne de Dieu. Luc, dans le même passage, les explicite en disant: ...le Père donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux l’en prient. (Luc 11,13) C’est ce que le Règne apporte pourvu qu’on le demande et qu’on l’accueille.

La dernière phrase de notre texte est en fait la conclusion du sermon sur la montagne, même s’il y aura ensuite un épilogue. Le sermon avait commencé par la déclaration de Jésus à l’effet qu’il n’était pas venu abolir la Loi et les Prophètes, mais les accomplir. La mention, ici, de la Loi et des Prophètes vient donc boucler le sermon. La règle d’or, faire aux autres ce qu’on voudrait qu’ils nous fassent, est donnée comme résumant toute l’Écriture, la Loi et les Prophètes. En fait, la règle d’or existait déjà dans le répertoire rabbinique, mais sous une forme négative: Ce qui te déplaît ne le fait pas à autrui: voilà toute la Loi. Tout le reste n’est que commentaire.

La forme positive telle que Jésus la donne est beaucoup plus exigeante d’autant plus qu’elle s’adresse à tous les autres et pas seulement aux frères. Et ce n’est probablement pas par accident que ce regard sur ce qu’il faut faire pour les autres soit placé immédiatement après ce qui parlait de la relation intime avec le Père: la dimension verticale ne doit pas faire oublier la dimension horizontale.

Jean Gobeil, s.j.
 

Tournée virtuelle

Nouvelles

Summer Retreat Dimanche, Août 14, 2016 - Vendredi, Août 19, 2016