L'évangile de jeudi (Mc 7, 24-30) - Sts Cyrille et Méthode

Jésus est sorti de la Galilée pour aller dans la Syro-Phénicie, le sud du Liban actuel, un territoire païen. Une femme vient lui demander d’expulser un démon hors de sa fille. Jésus s’objecte. Sa mission est d’abord auprès d’Israël, ce qu’il appelle donner le pain aux enfants. Il ne convient pas de jeter le pain aux petits chiens, c’est-à-dire aux païens. La femme utilise la même figure: mais les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table. Jésus réagit immédiatement à la foi de cette femme:  A cause de cette parole. Il lui déclare: Va: le démon est sorti de ta fille. Lorsqu’elle rentre chez elle, elle trouve sa fille guérie.

La mission de Jésus est d’abord auprès d’Israël. L’adverbe indique une priorité de temps, non une priorité d’importance ni une exclusion des non-juifs. C’est la première phase de la proclamation de la venue du Règne de Dieu comme nous le voyons aussi dans l’envoi des Douze en mission: ils ne doivent aller ni vers les Samaritains ni vers les païens mais bien vers les brebis perdues de la maison d’Israël.   (Mt.10,6)

On peut alors se demander qu’est-ce que Jésus va faire en Syro-Phénicie et ensuite dans le territoire de la Décapole: ce sont des territoires païens. La seule chose que Marc nous dit c’est que Jésus ne voulait pas qu’on sache qu’il était là mais qu’il ne réussit pas à passer inaperçu. On peut donc facilement supposer que Jésus voulait laisser l’enthousiasme dangereux des foules se calmer en Galilée. Mais il y avait peut-être aussi un danger du côté d’Hérode Antipas, tétarque de Galilée. Hérode avait fait arrêter Jean Baptiste. C’est après cette arrestation que Jésus s’était éloigné du Jourdain. Hérode, après un certain temps, a fait exécuter Jean Baptiste. Marc a déjà mentionné (7,14) que la renommée de Jésus était parvenu aux oreilles d’Hérode (6,14) et l’inquiétait. C’est peut-être à ce moment que, selon Luc, quelques Pharisiens avaient averti Jésus: Pars d’ici, car Hérode veut te tuer. (Luc13,31) Jésus voulait peut-être éviter une arrestation prématurée.

Il y a donc pour Jésus deux raisons possibles d’éviter de faire un miracle pour cette Cananéenne, comme Matthieu l’appelle: une païenne et en outre une ennemie traditionnelle d’Israël.

La réponse de Jésus, en dépit du d’abord, a une rudesse certaine. Mais elle est peut-être une sorte de provocation, d’ouverture pour voir sa foi. Or elle se sert de la même figure pour faire un acte de foi splendide. Jésus a parlé du pain pour les enfants d’Israël. Elle, elle parle de la guérison de sa fille comme n’étant qu’une miette de pain pour Jésus. Devant cette sorte de foi, Jésus répond tout de suite : À cause de cette parole, va; le démon est sorti de ta fille.

Jean Gobeil SJ

Tournée virtuelle