L'évangile du mercredi (Mc 7, 14-23)

Notre texte continue l’épisode où des autorités des Pharisiens étaient venues de Jérusalem pour faire une vérification officieuse de Jésus. On avait alors remarqué que les disciples de Jésus négligeaient l’observance des prescriptions sur la pureté rituelle. Pour parler de cette question, Jésus en profite pour parler à la foule et déclarer que ce qui rend impur ne provient pas des contacts extérieurs mais vient de l’intérieur, du coeur. Les disciples sont perplexes, ce qui surprend désagréablement Jésus. Pour eux il ajoute que ce qui vient de l’extérieur va dans l’estomac et non pas dans le coeur. Et Marc, le narrateur, en tire la conclusion importante: Ainsi, Jésus déclarait purs tous les aliments. Jésus continue: Toutes les mauvaises actions qui rendent impur commencent dans l’intention du coeur.

Une tradition veut que Marc ait été l’interprète de Pierre. Ainsi, quand il arrête le récit pour souligner clairement que Jésus déclarait purs tous les aliments, il reflète un problème des premiers chrétiens qui avait affecté Pierre sérieusement. Quand celui-ci avait baptisé Corneille, un centurion romain, il avait dû justifier sa conduite devant la communauté de Jérusalem parce qu’il était allé manger chez un païen. Pierre avait alors rapporté la vision qu’il avait eue dans laquelle Dieu lui disait de ne pas déclarer impures des choses qu’il avait créées. On avait alors accepté cela mais seulement à titre d’exception, semble-t-il, et non pas comme une norme puisque le problème avait resurgi à Antioche lorsqu’on avait commencé à admettre des grecs dans la communauté. Des gens venus de Jérusalem avaient réclamé qu’ils soient circoncis. Paul et Barnabé avaient dû aller défendre la liberté des convertis au concile de Jérusalem qui avait tranché en leur faveur. Dans l’épître aux Galates, Paul se vante d’avoir blâmé Pierre qui était maintenant rendu à Antioche et qui mangeait avec les Judéo-chrétiens plutôt qu’avec les grecs convertis. Comme Paul ne mentionne pas le résultat de cette remontrance, il semble bien qu’il n’a pas gagné le point. On pense d’ailleurs que c’est à cause de Pierre que l’église d’Antioche n’a pas éclaté en deux églises distinctes.

Un autre point qui fait penser aux souvenirs de Pierre est la façon dont sont décrits les disciples comme ici. Ainsi, vous aussi, vous êtes incapables de comprendre? Ne voyez-vous pas... C’est Jésus qui parle aux disciples. Ils sont lents à comprendre et Jésus leur reproche leur manque de foi; plus respectueux, les autres évangiles parleront de leur peu de foi. On comprend que Pierre n’avait aucune raison de se vanter ou de vanter les disciples. Mais ce point intéressait Marc qui s’adressait à une communauté qui avait des difficultés et qui vivait probablement une persécution à Rome. Ce pouvait être un encouragement sérieux pour eux que même les disciples qui vivaient avec Jésus avaient eu des difficultés. ... Ce point reste valide pour tous les temps de l’Église.

Jean Gobeil SJ

Tournée virtuelle